skip to Main Content
Les Drones Civils Et Leurs Applications

Les drones civils et leurs applications

Concrètement, la technologie du drone repose sur un appareil volant de type aéronef sans pilote, qu’il soit télécommandé ou autonome. Les usages de ce type d’appareil sont très répandus, que ce soit à des fins militaires ou civiles (modèles 3D, photographie(s), etc..). Ainsi depuis quelques années, la filière des drones dans le domaine civil est en plein essor et offre des perspectives inédites, des constructeurs jusqu’aux opérateurs. C’est le cas par exemple de la modélisation 3D et la prise de photographie(s). Dans une étude publiée en 2014 par le groupe spécialisé Xerfi, l’hexagone serait ainsi en mesure de peser près de 300 millions de dollars dans le secteur de la fabrication de drones civils, rien que pour l’année 2015.

Drones civils : quelles applications ?

Les drones civils permettent ainsi, à l’aide d’une technologie embarquée (capteurs photographiques), de produire des plans en élévation et en perspective grâce au principe de photogrammétrie. Ces nouvelles techniques de cartographie d’une zone au sol sont ainsi bien plus efficaces que les techniques traditionnelles qui imposaient un équipement contraignant et onéreux, notamment et surtout pour les zones les plus difficiles d’accès.

Drones et modèles 3D : les différents usages

L’application de cette technologie permet d’ores et déjà de rendre de nombreux services, notamment dans les secteurs de l’industrie et pour l’observation et la surveillance du réseau énergétique. Mais ce n’est pas tout : si la technologie des drones a été développée essentiellement pour un usage militaire dès l’origine, la demande explose aujourd’hui dans le secteur civil, mais aussi dans les secteurs de l’agriculture, dans le BTP, la police, l’industrie et jusqu’aux ouvrages d’art. L’art de la photogrammétrie et de la modélisation 3D permet ainsi de réaliser numériquement et avec une extrême précision des modèles 3D de structures, des projets immobiliers, des monuments et des zones géographiques à l’aide de calculs complexes.

DGAC : qu’en est-il de la réglementation ?

 

Avant l’encadrement des aéronefs civils par la nouvelle réglementation, les textes existants étaient relativement inadaptés au travail aérien par drone. Désormais, et depuis l’arrêté du 11 avril 2012 relatif à la « conception et à l’utilisation des aéronefs civils sans aucune personne à bord », l’usage des drones et autres ballons captifs est mieux encadré. La classification élaborée par la DGAC retient ainsi 7 catégories distinctes d’aéronefs sans pilote à bord, dont nous détaillons ici les 3 premières classes :

>> La catégorie A : il s’agit de modèles de drone propulsés ou captifs utilisés pour les loisirs et la compétition (moins de 25 kg).

>> La catégorie B : il s’agit de modèles excédant 25 kg qui ne respectent pas les critères énoncés pour la catégorie A.

>> La catégorie C : il s’agit des modèles inférieurs à 25 kg dont l’usage est exclusivement réservé à un travail aérien : photographie(s), vidéo, thermographie, observation et relevés, etc..

Afin de rester constamment performant et conforme à la réglementation de la DGAC en vigueur, une Fédération professionnelle du drone civil s’est constituée dès l’année 2013, de même qu’un certain nombre de pôles de compétitivité liés de près à l’industrie aéronautique. L’objectif étant de faire émerger une véritable filière française, leader sur le marché mondial.

Cet article comporte 1 commentaire
  1. Un vrai potentiel avec les drones et un matériel photo/vidéo de qualité.
    J’aime beaucoup vos premiers travaux.
    Bonne continuation !

Les commentaires sont clos.

Back To Top